Un immeuble d’exception sur le Quai aux Vivres

Un monument historique du XVIIème siècle construit par l’ingénieur Louis-François Le Vau architecte ordinaire des bâtiments du roi louis XIV, membre de l’Académie royale d’architecture.

Considéré comme « le plus grand et le plus beau des magasins de la Marine du royaume », le Commissariat de la Marine de Rochefort, dont la construction, achevée en 1673, fut décidée par arrêté du roi Louis XIV en 1669, constitue un ensemble architectural exceptionnel.

Inscrit au titre des Monuments Historiques

Par arrêté du 28 mars 2007, le Préfet de la région Poitou-Charentes a porté inscription au titre des Monuments Historiques, ce vestige de l’ancien Arsenal royal, dont l’architecte Le Vau exécuta les plans, en totalité des bâtiments ainsi que de la parcelle sur laquelle il se situe.

Organisé sur 3 cours en quadrilatère, cet édifice a accueilli, au cours des siècles, le commissariat de la marine, un magasin aux vivres, les casernements Charente et Joinville, un hôpital militaire, un séminaire, des logements de cadres et d’officiers ainsi que des administrations.

Remarquablement situé

Sa situation sur le Quai aux Vivres est remarquable face au port historique de plaisance et au fleuve de la Charente, à quelques centaines de mètres de la place de la Mairie, au cœur du carroyage de l’ancienne ville militaire, à quelques minutes à pied de la gare reliée à La Rochelle par des navettes régulières.

Du Quai aux Vivres, il est très facile de rejoindre les quatre voies reliant Rochefort à Bordeaux, Nantes et La Rochelle toute proche.

Le Commissariat de la Marine se situe à vingt minutes en voiture du centre de La Rochelle, du Pont de l’Ile-de-Ré, de Niort, de Saintes ou encore de Royan.

Une priorité pour la ville de Rochefort

Affichant clairement son ambition de développement, la ville de Rochefort est à l’origine du programme de réhabilitation du Commissariat de la Marine, jugé prioritaire, et elle obtenu en 2006 l’inscription de cet édifice au titre des monuments historiques, puis en 2009 l’arrêté de déclaration d’utilité publique des travaux de réhabilitation, à l’issue des avis favorables et sans réserve émis par le Commissaire-enquêteur et le Service départemental d’architecture et du patrimoine et enfin en 2010 l’agrément de division de Bercy.

Les prescriptions de restauration du monument ont été visées par la Direction Régionale des Affaires Culturelles à Poitiers et par le Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine à La Rochelle.